******aa*******
CONTACT
EXTRANET
L'apiculture biologique

Résultats de l'enquête FNAB 2020

Afin de mieux anticiper la prochaine réglementation bio, la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB) a réalisé en été 2020 une enquête auprès des  apiculteurs biologiques, sur le thème des emplacements possibles pour leurs ruchers. Elle s’intéressait notamment aux zones de butinage non conformes.



La FNAB rappelle que la nouvelle réglementation européenne (entrée en application prévue à partir du 1er janvier 2022) entraîne la suppression de la dérogation pollinisation. Cette dérogation permettait jusqu’alors aux apiculteurs de déroger temporairement à la règle sur les emplacements de ruchers. Le miel était alors déclassé mais les colonies restaient bio. L’enquête FNAB montre que les conséquences de cette évolution réglementaire pour les apiculteurs bio concernent la moitié des apiculteurs bio. Les impacts économiques et techniques peuvent être importants, jusqu’à envisager l’arrêt de la certification pour certains.



L’enquête a été effectuée auprès de 170 apiculteurs certifiés en agriculture biologique, possédant 47 600 ruches, soit 19 % des apiculteurs et 32 % des ruches en apiculture bio. La plupart des répondants possèdent plus de 150 colonies.


Les principaux résultats sont les suivants :

  • Sur les 3 dernières années, 1 apiculteur bio sur 2 a été confronté au déclassement temporaire de sa production (volontaire ou imposée par l’organisme certificateur)
Plusieurs facteurs expliquent ce déclassement, notamment la proximité des cultures conventionnelles autour des ruchers : principalement le colza (60 %) et le tournesol (47 %). Ainsi, il n’est pas toujours possible pour les apiculteurs de trouver des emplacements éloignés de toutes cultures conventionnelles sans déplacer leurs ruches sur de grandes distances.

Les autres facteurs sont ensuite les contrats de pollinisation de cultures conventionnelles (15 %) et les contrats avec des ruchers pédagogiques à proximité d’un environnement urbain (11 %).

  • La suppression de la dérogation aurait un impact négatif pour 2 apiculteurs interrogés sur 3 et 35 d’entre eux évoquent un arrêt de leur engagement en apiculture bio.

Les principales difficultés sont liées à la réorganisation des ruchers pour trouver de nouveaux emplacements dans un kilométrage raisonnable, une augmentation du recours au sucre de nourrissement et un risque d’augmentation de la mortalité des essaims.



Retrouvez les résultats détaillés de l’enquête dans cette publication de la FNAB.