******aa*******
CONTACT
EXTRANET
Vols de ruches

Que faire en cas de vol de ruche?

 

- Signaler le vol à votre assurance dès que possible.


- Porter plainte en gendarmerie. Avec les restrictions sanitaires actuelles, les bureaux de gendarmerie ne reçoivent en principe personne : il faut donc enregistrer sa plainte en ligne sur ce site : https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr/ puis aller la valider au bureau dès que c’est possible.


- Faire toutes les photos au rucher des éléments pouvant constituer des indices ou des preuves (trace de pas, de roue …) ; il est aussi important de préserver autant que possible ces éléments afin de permettre à la gendarmerie de les constater par elle-même.


- Signaler le vol à votre ADA pour que l'information soit partagée. N'hésitez pas non plus à signaler d'éventuelles activités suspectes qui pourraient être liées à des vols.


- Mobilisez vos réseaux pour obtenir des renseignements. Peut-être qu'un habitant voisin du rucher a vu quelque-chose. Les agriculteurs, les chasseurs ou encore les gardes forestiers peuvent aussi être des contacts pertinents pour obtenir des informations.



Comment se prémunir en cas de vol de ruches?

 

- Soyez discrets sur l'emplacement précis de vos ruchers. Soyez prudents et essayez de pas divulguer de manière précise vos emplacements. Un rucher, toujours le même, pourra vous servir à la livraison de vos essaims, par exemple. Si vous prenez des photos et vidéos de vos ruchers, faîtes les en gros plan, que l’on ne puisse pas connaître vos emplacements.


- Les ruchers peuvent être équipé en caméras, pièges photographiques ou avec des trackers GPS. Notez bien que si vous êtes victimes d’un vol, avec un enregistrement de photos ou un suivi GPS, adressez vous à la gendarmerie avant de diffuser les photos sur le net ou avant d’intervenir vous-mêmes pour récupérer les ruches !

- En plus des systèmes ci-dessus et du marquage au feu, il nous semble important que chaque apiculteur.trice imagine un système discret pour rendre ses éléments de ruches reconnaissables… l’idée étant à la fois de ne pas faciliter la tache des voleurs pour « blanchir » les ruches et de pouvoir les identifier si on retrouve un rucher suspect.